A Paris partie 9

INTERDIT AU MOINS DE 18 ANS

location_peniche_accesBlottis contre son torse , enlacés tendrement contre les sièges de la limousine
son regard ancré dans le mien , tandis que la comète traversait Paris pour nous
emmener dans un endroit qui m’était inconnue
j’étais bien trop bien , le sang brûlait dans mes veines
mon coeur lui ne c’était jamais sentis aussi vivant
la soirée avait bien commencée et le bonheur allait perdurer
du moins pour l’instant .
En pleine rêverie il m’en fît sortir
en m’embrassant le front , et me questionna
Mon amour ? a quoi penses tu
un sourire enfantin se détecta sur son visage
passant ses bras autour de ma taille
à l’aise j’osai lui répondre tout bas afin que le chauffeur n’entende pas
à ce qui s’est passé il y’a une heure sur les sièges
ah ! voilà mais dis moi la vérité mon amour
ça t’a plu au moins ?  bonne surprise non ?
En guise de réponse j’attirais sa tête vers la mienne
en l’embrassant tendrement
Hum ,pour une réponse c’est une réponse
ce serait plus sage d’arrêter , on est pas tout seuls
et ce serait dur d’étouffer les cris
Je rie de bon coeur à sa réfléxion
et me colla de nouveau à lui
son coeur explosait autant que le mien
enserrant sa main dans la mienne
Mon petit rayon de soleil , je peux te poser une question ?
Oui mon amour
Hum… où allons nous ?
Dans un endroit très romantique , et nous ne dormirons pas à l’hôtel
Unair conquis illuminait ses traits
Oui mais c’est où exactement ?
Chut , mon amour une surprise est une surprise
Bien je te fais confiance
Oui puis nous sommes bientôt arrivés
La joie me consummait , durant tout le trajet seule la mélodie
de nos coeurs jouait pour nous .

Le trajet toucha  à sa fin
Mon coeur fît un bond lorsque il me pria de me relever
Mon amour , nous sommes arrivés
le chauffeur vînt à notre encontre pour nous ouvrir la porte
A peine le temps de sortir ,sa main rattrapa rapidement la mienne
La vue était magnifique , tout n’était que lumière et splendeur
C’était la seine la surprise ne fît que commencer
Il m’envelloppa de ses bras , en m’emmenant à destination
Ses lèvres sussurant des mots de miel à mon oreille
Je t’aime Marie
Je t’aime aussi mon astre  et plus que ma vie
Mes yeux étaient écarquillés devant tant de beauté …
Une …une péniche , me dis pas que tu as loué une péniche
Un sourire d’éxcitation s’empara de moi
Si mon amour ,tu aimes ?
J’adore tu veux dire , quelle magnifique idée
Rien n’est trop beau pour toi Marie mon amour
Je l’embrassa en guise de réponse
Bien on y va ?
Oui mon astre
Toujours envellopée de ses bras nous nous dirigeons vers la péniche
Un serveur était assigné debout devant une jolie table , un violoniste
jouait la vie en rose … j’étais au paradis avec un ange .

Prends place mon amour , il tira la chaise vers lui afin que je puisse bien m’assoir à son côté.
Serveur s’il vous plaît !
Le serveur un rien frêle et jeune apporta le dîner sur la table magnifiquement décorée de roses rouges
Le dîner va te plaire mon amour , alors heureuse son regard plonga dans mon décolleté
Comblée c’est splendide , j’en pleurerais presque et tu es si beau j’aime tant ton visage
Hum et toi tu t’es vue t’es indécente de beauté , j’ai presque envie de te sauter dessus
Jesclaffa un rire
Moi aussi tu sais et je comptes bien déguster le dessert
Bien ce sera après prenons des forces avant un rire coquin s’échappa de sa bouche
Qu’est ce que c’est demandais-je ?
Hum… Homard et caviar , et ensuite salade aux truffes tu aimes ?
Oui c’est parfait .
Le dîner se poursuivit dans la tendresse et la douceur
Avalant nos coupes de champagne à l’unissons
Tandis que le violoniste entâmait une autre chanson française à Paris au mois D’août de Charles Aznavour.
Le repas était terminé le violoniste jouait toujours autant de notes romantique .
Mon amour que dirais tu de danser ?
Danser ? vraiment
Pourquoi pas ?
Allez vient !
Il m’attrapa dans ses bras , en me collant à son buste , m’attirant au milieu du bateau
Voilà c’était pas si dur , tu y arrives
Oui , ensérée dans ses bras , comblée plus que tout
Le violoniste jouait désormais , encore du Piaf L’Hymne à l’amour
C’est un signe ça mon amour
Tu connais cette chanson toi ?
Oui l’une des plus belles , et elle te va si bien
Tu sais quoi ? mon astre
Non
Embrasses moi
Très bien madame vos désirs sont des ordres
Attirant mon visage vers le sien pour un long et profond baiser
Mon ventre papillonait
Mon astre , je veux …
Je te veux , j’ai envie de toi
Tout de suite ?
Oui !
Bien allons y un rire amusé s’échappait de ses lèvres
Courrant comme deux fous dans la cabine
Claquant la porte derrière nous
Je l’embrassais affamée de ses lèvres , de son corps
Toujours collée à sa bouche mes mains déboutonna sa chemise
Nos repirations s’accélérés , je parvins à lui ôter entièrement sa chemise
Il m’attira dans le lit , en plaquant ma tête sur son torse , mes lèvres charnues
le picorait de baisers , aspirant chaque remparts de sa peau , tandis que ses mains
tirant les pants de ma robe en me retournant sur le dos pour me l’arracher d’un coup sec
Le regard flou et dominateur , il commença par caresser mon cou du bout de ses doigts , et ses mains descendant
plus bas , vers ma poitrine dessinant des ronds autour de mes seins , y joignant sa bouche pour de divines caresses
ses mains poursuivant leurs chemin vers mes jambes , tirant chaque bas avec délicatesse , et enleva un peu plus décisivement
ma culotte et mon porte jarretelle , il me plaqua les mains contre l’oreiller , me murmurrant un  » Chuuuut »
Caressant de rechef tout mon corps du bout de sa langue , jusqu’au fruit de mon bas ventre , me laissant complétement aller à sa bouche
qui était le supplicié de mon plaisir , où chaque partie de mon corps s’éxaltait sous son muscle humide
Criant agrrippant la planche du dessus du lit , plongée en aphrodite.

Reprenant mon souffle je le poussa violemment sur le matelas , défaisant rapidement sa ceinture , retirant son pantalon , et le malheureux
boxer trop étouffant , je m’agenouilla sur lui , attirant son corps vers le mien , on ne faisait qu’un.

Notre union charnelle était fabuleuse , chaque va et vient se faisait plus incontrolés , plus passionnés
Mon cou collé contre le sien les perles de diamants roulant sur nos peaux , l’odeur capiteuse de son corps
Nos cris mélés à nos coeurs tambourinants , mes mains aggripant ses cheveux  , les siennes agrippant mes reins
m’attirant plus profondément dans son être , des larmes de plaisir s’échappa de mes yeux
Nos lèvres collées ensemble , c’est dans un aura de bonheur que nous montions dans les étoiles.

Allongés paisiblement dans les bras l’un de l’autre , nos mains liés
Il me sortit de mon rêve éveillé
Marie , mon amour j’ai une chose à te dire
Je t’écoutes mon astre
Marie , tu comptes plus que tout pour moi , tu as entièrement illuminé ma vie
je n’imagines plus une seule secondes de mon existence sans toi
je te veux pour toujours Marie mon amour.
Lovée dans ses bras , un sourire immense se déclara sur mon visage
Mon astre , moi non plus je ne veux plus te quitter , mais dans 3 jours tu partiras et …
Chut , on trouvera une solution , endors toi dans mes bras ma vie.
Heureuse à jamais je ne m’endormais pas dans les bras de Morphée , mais dans les bras de celui que j’aimais.

Publicités

2 Réponses to “A Paris partie 9”

  1. christelle Says:

    ROOOOOOOO MAIS QUELLE SOLUTION IL VA TROUVER???? je me languis!!! en plus tu as abusé là avec tes photos de Rob je suis en surchauffe!!! faire l’amour sur une péniche…. hum hum trop romantique!! j’ai vraiment aimé le romantisme de ce chapitre! merciiiii

  2. j’adore vraiment ta fic et j’avoue que j’attend toujours la suite avec impatience
    vivement la suite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :